L’instruction est utile. L’esprit se forme par l’enseignement et mais surtout la pratique. De nos jours dans notre monde, l’enseignement est de plus en plus entièrement confié à l’école. Si bon nombre de connaissances sont acquissent à l’école, quelques savoir essentiels n’y sont même pas abordées. L’unique raison pour laquelle nous avons besoin d’une éducation collective, c’est parce qu’il faut une production de masse à nos économies pour fonctionner. La formation « par cœur » ne permet pas d’apprendre les subtilités ou le raisonnement nécessaire pour faire de vous une personne avisée capable de survivre dans ce monde.

Voyons ensemble des éléments incontournables que l’on ne nous apprend pas à l’école :

Arrêter de chercher à avoir une bonne note : Il faut laisser derrière soit les considérations basées sur un barème limité au contexte scolaire. Dans la vraie vie une dissertation doit tenir compte du contexte, de l’orientation demandée, de la période dans laquelle elle est produite ou encore de l’objectif recherché. Ce qui est en jeu ce n’est pas de perdre une année en doublant ou que « va penser ta mère » mais perdre une source de revenu, briser une carrière ou même anéanti une structure. Dans le monde réel nous travaillons pour atteindre un objectif et non pour obtenir une bonne note et ensuite tout oublier.

Accepter d’échec : A l’école c’est « travail bien, ai de bonnes notes et tout ira bien ». Personne ne connait votre potentiel réel. L’environnement scolaire ou universitaire est stable et très prévisible si vous arrivez à rendre ce que votre enseignant vous demande le tour est joué. Dans la vraie vie tout est imprévisible il y a ce qu’on appel l’intervention de plusieurs paramètres extérieurs. Exemple vous pouvez bien préparer un projet mais si vous ne le présenté pas à la bonne personne votre travail sera nul. Donc dans la réalité nous sommes plus susceptibles de faire des erreurs (déchouer). Mais ces petits échecs doivent nous permettre d’ajuster le tir au fur et à mesure jusqu’à trouver le bon chemin. Celui qui attend de tout savoir tout est sans le savoir en train de rater le retour d’expérience de l’échec. Vivre c’est échouer.

Se former continuellement : Quand nous sommes à l’école le refrain c’est travail bien et obtient ton diplôme. Bravo, vous avez eu votre diplôme. Oui mais et après ? Vous vous retrouver dans le monde du travail avec des milliers de personnes qui ont le même diplôme que vous sinon plus. C’est là vous réalisez qu’il vous faut développez d’autres compétences ou qualités pour faire la différence. Travaillez sur vous continuellement afin d’explorer votre potentiel et l’exploiter à fond sous toutes ces facettes.

Agir selon ses convictions : A l’école vous avez une ligne pédagogique et de conduite bien tracée. Mais dans la vie active cela n’existe pas. Le besoin d’être conforme tue nos convictions et notre potentiel. Si vous croyez qu’une idée est bonne, c’est à vous de vous lancer et la défendre. Il est surprenant de constater chaque jour le nombre de personne qui ressente le besoin d’avoir une procédure à suivre (surement déformé par de nombreuse année passé dans un monde conformiste scolaire ou universitaire) et surtout leur capacité à ne pas la remettre en question. La réussite ne se trouve pas dans les pensées ou agissement de masse sinon tout le monde serait riche.

La confiance en soi : Très importante pour des prises de décision ou encore dans la conduite d’un projet en milieu inconnu et hostile, la confiance en soi un ingrédient incontesté et incontestable dans la réussite. Malheureusement cette qualité n’est pas enseignée à l’école.

Arrêter de vouloir être le plus intelligent : la plupart des personnes qui réussissent (les gens riches ou ayant choisi leur style de vie) ne sont pas très intelligentes selon les normes académiques. L’intelligence n’est pas leur qualité essentielle. Ne comptez pas sur eux pour trouver le vaccin contre le SIDA mais à contrario, ils sauront mobiliser les personnes et les fonds nécessaires. Ne cherchez pas à être le meilleur technicien, c’est un changement de paradigme si vous êtes indépendant. Savoir bien s’entourer est plus important qu’être le meilleur dans toutes les disciplines.

Dire « je ne sais pas » : la crainte de passer pour un idiot devant ses amis ? Certainement, il ne s’agit pas de s’arrêter à ça, mais « Je ne sais pas mais je vais me renseigner » ne sera pas mal vu. Vous n’avez pas à être une encyclopédie, Google est là pour ça. Ne pas avoir la réponse n’est pas grave du moment où vous savez où la trouver ou à qui demander.

Travailler ensemble : ne copie pas (pour ne pas être pris pour tricherie), Ne partage pas (pour ne pas réduire vos chances). Fait tout dans ton coin par toi-même et toi seul. Ne d’ouvre pas, (l’autre pourrait te voler). Les travaux de groupes sont souvent réservés aux dernières années d’études mais là encore l’accent n’y est mis particulièrement. Pour la suite, savoir travailler avec l’autre est déterminant. Dans le monde réel, travailler avec les autres est fondamental. Que cela soit pour devenir riche ou pour vivre modestement avec peu d’argent, vous devez savoir interagir avec les autres.

Comprendre l’argent : Il serait peu prometteur et dangereux de confier l’éducation financière à des pédagogues (tout comme on ne peut pas leur demander de former des entrepreneurs), car ces derniers n’ont eux mêmes jamais mis les pieds dans l’univers du travail et aussi car ils diabolisent souvent le système sur lequel repose le monde du travail. Heureusement il existe d’autres formes d’éducation. J’ai du tout apprendre par moi-même au sujet de l’argent lorsque j’ai commencé à travailler. Ce que savent les gens au sujet de l’argent se résume souvent à : fait des études, avoir le boulot le mieux payé possible et acheter une maison. Nous sommes dans un monde régit pas des lois. Tout comme il existe la loi de la pesanteur et la loi de la gravité, il existe aussi des lois qui régissent l’argent (son acquisition, sa gestion, son augmentation).

En conclusion

Si vous restiez enfermé 24h/24 à étudier, il vous manquerait énormément d’éléments pour réussir votre vie. Les études, quelles qu’elles soient, ne sont là que pour vous apporter les bases qu’il faut compléter avec la pratique. Un ami médecin m’a un jour confessé que malgré les 10 années d’études dans sa spécialité, c’est lors de ses 3 premières années en tant que médecin qu’il a le plus appris, en étant confronté à des cas concrets régulièrement, sans avoir vraiment le temps de trop réfléchir.

L’école n’apprend pas ce dont nous avons concrètement besoin pour réussir.